index_img1.gif Le web 2.0 et l’infopollution. sources : Eric Sutter et Alexandre Serres
1. La surabondance 4. Abus et effets pervers de la publicité, du marketing, du référencement payant 2 La désinformation, la médiocrité de l'information 3 La contamination de l’information
SERRES A (2005) « Évaluation de l’information sur Internet : Le défi de la formation », BBF, n° 6, p. 38-44
<
http://bbf.enssib.fr/sdx/BBF/pdf/bbf-2005-6/bbf-2005-06- 0038-006.pdf >
SUTTER, E (1998) Pour une écologie de l'information. Documentaliste - Sciences de l'information, vol. 35, n°2, p. 83-  86
voir aussi :
Les enjeux : les risques de "l’info-pollution " d'Alexandre Serres à partir notamment de la catégorisation d'Eric Sutter.
index_img2.gif 1. 1. La surabondance
La production d’informations ne cesse de croître notamment avec l’avènement de la blogosphère qui permet aisément à chacun de produire et de diffuser du contenu. Seulement cet accroissement des ressources génère des difficultés pour séparer le bon grain de l’ivraie. Elle accroît l’effet de désorientation et le sentiment de saturation voire de découragement face à l’incapacité à accéder à la ressource désirée. Malgré tout, nous avons constaté comme d’autres collègues que les jeunes générations préfèrent se lancer dans des recherches à l’aveugle plutôt que de se référer aux médiateurs compétents où aux documents papiers d’une qualité scientifique plus contrôlée et pourtant plus facilement balisés avec ses repères alphabétiques, ses index, sommaires et tables des matières. L’attrait de la technologie Internet primant malgré les risques encourus. Face à cette augmentation sans cesse croissante de la blogosphère, les résultats des moteurs de recherche ne cesseront de croître en quantité mais pas nécessairement en qualité.
graphic
L'infobésité nous guette !
croissance de la blogosphère
désorientation
augmentation des résultats des moteurs
index_img3.gif 2. 4. Abus et effets pervers de la publicité, du marketing, du référencement payant
La publicité devient de plus en plus difficile à discerner pour l’usager non formé qui ne distingue pas toujours les liens publicitaires des résultats lors de requêtes sur les moteurs. La pratique du référencement payant et de la publicité contextuelle ne cesse de s’affirmer si bien que l’internaute est de plus en plus confronté a des publicités ciblées que ce soit à l’intérieur de sa messagerie (Googlemail) ou lors de son surf (les publicités étant ciblées grâce à l’adresse IP)
Les sites web 2.0 n’échappent pas aux nouvelles stratégies publicitaires notamment le buzz marketing ou marketing viral qui consiste à diffuser une information publicitaire par le « bouche à oreille » via les plateformes de diffusion de vidéos comme youtube ou dailymotion. La vidéo est généralement comique et est relayée via les mails et les blogs. L’autre pratique qui se développe et qui est parfois qualifiée d’astroturfing, c’est la possibilité de réaliser de fausses recommandations pour un produit afin de convaincre le consommateur de la fiabilité du produit. Le web 2.0 permet de plus en plus de recommander facilement des produits, mais nous pouvons nous interroger sur l’indépendance des usagers et des blogueurs vis-à- vis du produit recommandé ainsi que sur leur réelle capacité de jugement.
Face à ces infopollutions croissantes autant par son nombre et que dans leur diversité, quelles formations peut-on mettre en place ? Faut-il envisager pour y remédier une intégration de cours de maîtrise de l’information dans les cursus ?
publicité contextuelle
distinction liens commerciaux et liens moteurs
marketing viral
publicité insidieuse
publicité ciblée
Ip
Les publicités sont parfois adaptées localement en fonction de l'adresse IP.
cookies
recommandations
politiques
Loic Le Meur
Loic Le Meur, le blogueur le plus célèbre de France a affiché son soutien à Nicolas Sarkozy.
commerciales
astroturfing
Manipulations, faux blogueurs, fausses recommandations d'internautes, etc.
légitimité du consommateur?
ex : zlio.com
Voir les sujets et documents associés
3. 2 La désinformation, la médiocrité de l'information
L’information disponible via les moteurs de recherche n’opérant pas selon les mêmes critères et processus de sélection de l’information que peuvent opérer bibliothécaires ou documentalistes, nos élèves et étudiants sont confrontés à une somme d’informations qui bien souvent n’est d’aucun intérêt pour eux. Seulement les indices de popularité des moteurs comme Google peuvent les inciter à se rendre sur un site qui pourtant ne correspondra pas à leur réel besoin d’information. Les annuaires spécialisés voire les portails sont quasi ignorés et la démarche irréfléchie quasi spontanée sur le moteur de recherche conduit régulièrement à des échecs et des erreurs.
médiation des moteurs
démarche irréflèchie
Les usagers se jettent comme des bêtes affamés sur les moteurs qui leur répondront à coup sûr, mais quelle sera la qualité des réponses?
Indice de popularité
index_img4.gif Sans titre
nivellement des ressources
index_img5.gif 4. 3 La contamination de l’information
Les particularités du document numérique permettent une manipulation plus aisée des données. Ainsi un document à l’aspect professionnel peut être truffé d’affirmations erronées que l’élève ne parviendra pas à distinguer. En ce sens l’encyclopédie Wikipédia peut être gênante. Non pas qu’elle soit à blâmer de par ses objectifs mais elle a le défaut de recenser des articles de grande qualité avec des articles douteux, erronés voire médiocres. Par conséquent il est difficile pour l’usager de faire la part des choses d’autant plus que le bon article comme le mauvais présente un aspect similaire. Que dois dès lors penser un étudiant suite à un article sur la dianétique présentée comme une discipline scientifique ?
Le choix du terme de contamination par Sutter n’est pas anodin. La contamination renvoie à un vocable médical qui se rapporte à l’idée de contagion et de virus. Les chaînes de lettres, les hoax, les spams, les spams commentaires, les spams dans les fora sont autant d’informations contaminées qui accroissent le volume d’information de manière inutile en causant de la perte de temps pour les usagers voire des pertes de productivité pour les entreprises. Les outils du web 2.0 n’ont guère pu éviter ce genre de désagréments bien au contraire puisque nombre de blogueurs connaissent d’énormes problèmes de gestions de leurs commentaires et trackbacks
particularités du document numérique
distinction difficile
l'exemple de Wikipédia
art (ou guerre du faux
Cf.U. Eco
contagion ou virus
Spam
spam mails
spams commentaires et trackbacks
Spamdexing
rumeurs et désinformation